lundi 18 mars 2013

SEARCHING FOR SUGAR MAN, un film de Malik Bendjelloul


Voici la plus belle histoire depuis la naissance du rock, avec celle de Robert Johnson, mais celle-ci est vraie...

Sixto Diaz Rodriguez, illustre inconnu jusqu'il y a peu, remis sur les rails de la gloire en occident via les rééditions de ses deux seuls albums par le formidable label Light In The Attic. Découvrir tardivement les disques de Rodriguez (40 ans après leurs sorties), c'est comme tomber par hasard sur le Graal. Un truc dément! Le mec est un magicien: quand il prend sa guitare quelque chose se passe, quelque chose qui dépasse les simples frontières de la musique. Un truc mystique, la marque des grands. Mais grand, Rodriguez ne le sera jamais, deux magnifiques tours de piste et c'est le retour à l’anonymat, l'oubli, sauf... sauf en Afrique du sud où le latino est plus célèbre que Elvis Prelsey, le King. Incroyable! Son premier album, "Cold Fact", devient même l'un des étendards de la lutte contre l'apartheid! Mais plus incroyable encore, de ce succès Rodriguez ne saura rien! Pas de droits d'auteur, aucune glorification, nada! D'ailleurs tous ses fans sud-africains le croient mort et enterré!

Avec l'arrivée d'internet, deux fans décident de partir sur les traces de Sixto "Sugar man" Rodriguez, avant tout pour répondre à cette question cruciale: comment est mort Rodriguez?. La rumeur (alors vérité pour les fans Africains) raconte qu'il se serait suicidé en direct sur scène, dément! Finalement les deux hommes retrouvent la trace du chanteur et le rencontrent, à partir de ce moment l'histoire devient réellement bouleversante. Mais je vous laisse découvrir ça par vous-même.

Malik Bendjelloul nous livre un documentaire parfait esthétiquement, ambitieux, émouvant; bref, "Sugar Man" est sans conteste le plus beau film paru dernièrement. En fait, plus qu'un simple documentaire, "Searching For Sugar Man" est un chef-d'oeuvre absolu, une histoire digne d'un film Hollywoodien, avec son lot de défaites et sa victoire finale en forme de Happy-end mérité. Mais celle-ci est vraie!

Lien spotify vers la b.o

Bonne nouvelle: un troisième album est en projet, Rodriguez aurait environ une trentaine de chansons dans ses cartons. Une sortie est encore possible cette année.

8 commentaires:

  1. J'ai le docu sous le coude, je vais tenter de souffler l'idée à madame pour ce soir ou un autre soir. Ça ressemble à une trop belle histoire pour ne pas tenter... Je charge aussi la musique pour me faire une idée, Madame n'est pas comme moi, elle n'aime pas tout ... que la qualité ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire est sublime, le docu qui fait couler les larmes, mec! J'aime tout chez ce mec, en même temps il y a que deux album. Certains jours je troquerai tous mes Dylan pour un Rodriguez de plus. Et le rêve devient réalité, Coming Soon!

      Supprimer
  2. Eh Toorsch! Tu sais où on peut se procurer un Sixto Rodriguez? je suis très intéressé....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le docu sort en Dvd en mai. Si tu parle de support physique, il me semble que les réédition sont en cours de réédition (ça sonne con comme phrase). Sinon la bande originale du film (une sorte de best of sympa) et dispo un peu partout pour moins de dix euros. Le mec mérite bien qu'on craque un petit billet :-)

      Supprimer
  3. De la qualité, aucun doute il y e a ! Profitant du printemps du cinéma (et des salles parisiennes) j'ai vu le docu hier soir, un bijoux ! J'ai couru acheté Coming From Reality ce matin :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas qu'il était diffusé en salle en ce moment, je l'ai vu par des moyens détournés, mais j'ai rachetée ma faute en pré-commandant le dvd.

      "Coming From Rality" l'excellent second album, moins immédiat que "Cold Fact", mais plus riche encore...

      Je crois que c'est la première fois que tu/vous commentes/ez, dans ce cas bienvenu! Et si ma mémoire me fait défaut, je m'en excuse.

      Supprimer
  4. Tous ces derniers concerts étaient complets, l'histoire de ce type rattrape presque tous les malheurs de milliers de musiciens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, mais amplement mérité également.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.