dimanche 16 juin 2013

JSF#4: DONNIE & JOE EMERSON - Dreamin' Wild - 1979

Thème du jour: R.I.P

Le fait de ne pas être obligé de choisir uniquement des chanteurs morts arrange bien mon affaire. Non pas que le choix soit limité, il y a même plutôt foule, et fatalement celle-ci ne fera que grossir. Abordons la chose avec un groupe "disparu de la circulation" ou "Dégagé du business". Car l'histoire qui va suivre est à la fois tragique et belle. Belle car pleine d'amour, et tragique car marquée du sceau de l'échec.

C'est l'histoire d'un fermier de Fruitland dans l'état de Washington, dont les deux fils sont passionnés de musique. Ils rêvent d'enregistrer un disque, d'offrir leur art au monde et pourquoi pas connaître la gloire. Le père décide alors de leur faire fabriquer un studio d'enregistrement flambant neuf pour la coquette somme de 100 000 dollars (ce mec mérite le titre de meilleur papa du monde). C'est ainsi qu'en 1979 naquit "Dreamin' Wild", l'unique album des frères Emerson. Un bouillant mélange de soul, de rock et de funk, le tout diablement roots. Pas franchement le genre de musique qu'on imagine élaboré par deux jeunes fermiers. Pas raccord non plus avec l'accoutrement des deux gus sur la pochette, c'est pas possible un truc pareil! A ce stade de l'histoire, inutile de préciser que l'album fut un bide. La famille au bord de la faillite dut vendre une bonne partie de ses terres. Un bien triste retour à l'anonymat et à la dure réalité.

Et le disque dans tout ça? Un trésor enfui, le Graal funk sous le saphir. Du dynamique "Good Times" à l'imparable "My Heart" en passant par l'hypnotique "Baby", tout ici sent le soufre rock. Cent pour cent analogique, le son est chaud, rond, excitant comme des courbes féminines. L’improbable mixage ajoute encore à l'étrangeté de la chose. Saluons au passage l'initiative du splendide label Light In The Attic qui livre encore une fois un travail d'édition impeccable.

Lien Spotify

17 commentaires:

  1. Je l'ai bien entendu ces derniers temps... On oublie l'image des frangins, et on fredonne quelques titres qui restent en tête... Ah, LITA FOREVER!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu cette histoire dans Rock & Folk et j'ai adoré!

    RépondreSupprimer
  3. Décidément ces histoires "dans le pré", ça attise la curiosité citadine...
    Histoire incroyable, le résultat doit être (d'autant plus) surprenant.
    Avec une telle présentation impossible de passer à côté.
    Je vais à la pêche afin de le dégoter.
    Formidable le paquet de trouvailles avec le jeu.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  4. Je me souviens de la pochette, mais ai je entendu le contenu ? aucun souvenir, peut être simplement lu un article. En tout cas beau texte pour une malheureusement histoire de vie sans récompense.

    RépondreSupprimer
  5. @ Tous, quelle histoire, quelle musique et le travail de réédition est sublime. Du même acabit que celui réalisé pour les albums de Rodriguez il y a quelques années. Peut-être que le même destin attend les frangins...

    RépondreSupprimer
  6. oh la vache les tronche David et Jonathan !! connais pas du tout.. super choix T

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep mais David et Jonathan ont marchés eux!!! Doit-on rire ou pleurer?!

      Supprimer
  7. Une des mille histoires particulières du monde de la musique, une belle histoire vu qu'elle se termine par une réédition et des concerts pour les deux frangins. Bien vu, Toorsch' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool pour eux, ils méritent, comme Sixto Rodriguez!

      Supprimer
  8. Ah ah, avec une pochette pareille jamais je n'aurais pris ce disque nulle part. Je vais fouiller un peu aussi pour voir à quoi ça ressemble. Mais la pochette...en total décalage avec le thème précédent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil! Mais la musique mazette, quelle claque!

      Supprimer
  9. Bien supérieur au disque des gamines vantés par Zappa.
    J'aime pas trop tombé dans ce genre de panneau.
    Mais c'est quand même leurs chansons, et j'imagine la première reprise par SUICIDE car il y a un ton emprunté, raide
    MERDE "Baby" est belle.
    "My Heart" !! Il se passait quelque chose dans ce studio... les gamins touchent et puis oui, pourquoi pas, en Elvis ils avaient de quoi se sentir heureux. ça sent bob ce disque.
    L'histoire parle de ruine? A cause du disque??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes a cause du disque... dingue! Mais ils sont remis sur les rails avec le label actuel, une résurrection peut-être... Wait & See

      Supprimer
  10. Hello.
    Un coup aussi tordu que ceux-ci je m'incline Toorsch...
    EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut que je passe voir chez les amis, lourde journée, je visite les autres demain!

      Supprimer
  11. Ah! J'adore cette pochette et bien évidemment l'histoire dingue. Bien vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire qui prend aux tripes et le disque qu'est sublime!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.