mercredi 24 octobre 2012

N°75 RODRIGUEZ - Cold Fact - 1970


Il arrive parfois que les choses ne se déroulent pas comme elles le devraient. C'est le cas avec la carrière éclair de Sixto Diaz Rodriguez, deux albums studio et puis plus rien, silence total! Et pourtant le mec avait tout pour devenir un grand, des chansons intelligentes et engagées, un parfait mélange de pop, de soul et de folk. Un peu comme si le Dylan de "Freewheelin'" avait lâché Woody Guthrie pour filer chez Stax! Mais revenons à la carrière furtive du monsieur, "Cold fact" en 70 et "Coming From Raeality" en 71, le premier est plus facile d'accès, très concis et pour tout dire parfait. Tandis que le second se savoure réellement sur la durée, après plusieurs écoutes, pour finalement se révéler être encore meilleur que son aîné. Comment ne pas être frustré de ne rien avoir d'autre à se mettre sous la dent après ça? Autre fait marquant, le succès à retardement de Rodriguez en Afrique du sud, durant l’apartheid "Cold Fact" se hissera jusqu'au sommet des charts!!! Mais c'est plus récemment que tout a basculé, avec les rééditions/redécouvertes du (génial) label Light In The Attic, une hype tardive qui poussa Rodriguez à sortir de sa retraite pour aller donner quelques concerts, y compris sur notre vieux continent.

Démarrage brumeux avec "Sugar Man", un homme qui vous fera oublier tous vos problèmes, mais à quel prix? Il n'est bien entendu nullement question d'apologie de la drogue, Rodriguez est trop malin pour ça. "Only Good For Conversation" est plus rageur, c'est le morceau le plus nerveux de l'album, arrogant voire méprisant. La rupture est ensuite totale, "Crucify Your Mind" est une chanson de toute beauté, le texte est lui aussi magnifique et je ne vous cause même pas des cuivres discrets et de la basse ronde à souhait... Plus loin "Hate Street Dialogue" sent bon le folk du début des 70's, rien de très novateur, mais c'est une réussite incontestable. Le bluesy "Inner City Blues" aurait du, dans un monde sensé, devenir un énorme "Hit"; mais que fait la police du bon goût, pourquoi ne verbalise t'elle pas les radios responsables d'un tel gâchis? Rodriguez bifurque pas mal sur ce "Cold Fact", tout en possédant une griffe bien à lui, ce qui est plutôt  rare pour un artiste débutant! Qu'elles soient camouflées façon soul ("I Wonder") ou purement folk ("Rich Folks Hoax"), les chansons de Sixto débordent d'âme, et ça, c'est tout bonnement indispensable...

Inutile de préciser que le travail de réédition de Light In The Attic est parfait. Le son est génial et le livret plus que copieux; seule ombre au tableau, l'absence de bonus...

3 commentaires:

  1. Ah Rodriguez c'est bon... Ça accompagne bien les soirées...

    RépondreSupprimer
  2. Et avec un splif, tu entends l'album deux fois!!!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.